Index
Dimanche 31 aout 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésL'Etat doit conserver la responsabilité…
L'Etat doit conserver la responsabilité de la tarification gaz en France
Communiqué du 26 novembre 2009
print

La FNME CGT réclame depuis longtemps une forte baisse des tarifs du gaz compte tenu des profits réalisés par GDF SUEZ et de la réalité des prix d’achat du gaz. L’Etat laisse envisager sa « sortie »  du système de décision des tarifs du gaz naturel.

Sans aucune concertation aussi bien avec les associations de consommateurs qu’avec les organisations syndicales, il est envisagé que l’Etat, pourtant 1er actionnaire de GDF SUEZ, n’assume plus sa responsabilité de fixer les tarifs de vente du gaz aux particuliers.

Le mécanisme envisagé donnerait au Groupe GDF SUEZ et les autres commercialisateurs la possibilité de s’entendre avec la Commission de Régulation de l’Energie pour fixer les tarifs.

Le prix de vente du gaz est un élément important dans le pouvoir d’achat des Français.

Pour la fixation du tarif gaz, la FNME CGT demande, depuis plusieurs années, qu’une commission spéciale composée d’élus, d’associations de consommateurs, des organisations syndicales et de l’entreprise soit créée.

 Pour la FNME CGT, le principe qui doit être adopté est simple, il faut que :

 1.     Les achats de gaz, par des contrats « long terme » pour l’approvisionnement des particuliers Français, soient fournis à cette commission.

2.     Les coûts de l’acheminement et la commercialisation le soient également

3.     Une marge pour GDF SUEZ et les autres commercialisateurs soit négociée ce qui définira les tarifs gaz.

 La transparence de l’établissement du tarif est une exigence forte du consommateur.

 Le Groupe GDF SUEZ ne peut, en aucun cas, faire admettre aux citoyens qu’avec des bénéfices en constante augmentation (6.4 Milliards d’Euros en 2008) ses tarifs de vente sont insuffisants.

 Pour la FNME CGT, il ne peut être laissé aux seuls fournisseurs de gaz, dont les profits sont déjà démesurés, le choix du montant des tarifs du gaz naturel parce que leurs actionnaires dont l’Etat n’ont jamais assez de dividendes !

 En favorisant, aux transporteurs de gaz (TIGF et GRT GAZ), des investissements, à vocation européenne, qu’elle fait payer au seul consommateur français alors qu’ils n’en n’ont pas besoin, la CRE a adopté des augmentations de l’acheminement non justifiées.

Pour la FNME CGT, on ne doit pas remplacer les contrats « longs termes », qui permettent de négocier les quantités de gaz nécessaires à la consommation française avec une durée assurant la cohérence industrielle du producteur au fournisseur ainsi qu’une certaine stabilité des prix d’achat.

L’offre de chauffage au gaz en France (rôle de GrDF filiale de GDF SUEZ, en ce moment plus occupée à mener une action répressive et anti syndicale) n’est pas suffisamment dotée de moyens de développement. Une dynamique volontariste dans ce domaine pourrait lisser les coûts et palier les éventuels problèmes d’alimentation électrique. Faire de l’électricité avec du gaz pour se chauffer électriquement est une aberration technique et économique.

 Pour la FNME CGT, le caractère vital qu’occupe le gaz dans le mix énergétique français confère à la puissance publique la responsabilité de fixer les tarifs du gaz.

Communiqué de presse du 26 novembre 2009

Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)