Index
Lundi 22 décembre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésFillon veut gonfler une bulle spéculat…
Fillon veut gonfler une bulle spéculative électrique
Communiqué du 17 septembre 2009
print

Le communiqué de presse du Premier Ministre du 15 septembre sur l’organisation du marché de l’électricité est un honteux tissu de mensonges. Il révèle la difficulté du gouvernement à avancer sur ce dossier stratégique et certainement pas consensuel, même au sein de sa majorité. Ceci l’a déjà amené à faire des promesses à Bruxelles, en bafouant la place et le rôle des parlementaires.

De quoi est-il question ?

 

Aujourd’hui et malgré tous les artifices tentés depuis plusieurs années,  la concurrence n’arrive pas à s’implanter sur le marché électrique français, principalement parce que  les prix sont trop bas.  La CGT l’a réaffirmé à plusieurs reprises : le domaine de l’énergie et donc de l’électricité est particulier.

Particulier car il s’agit d’un produit de première nécessité pour les usagers et les industries.

Particulier car il nécessite des investissements lourds et à long terme.

Particulier car l’électricité est un produit qui ne se stocke pas et se transporte mal, ce qui nécessite un modèle d’organisation le plus intégré possible.

Particulier enfin (et ce n’est pas le moindre) pour la place qu’il occupe dans les questions posées par le dérèglement climatique.

 

La concurrence ne peut s’emparer de ce domaine stratégique comme de celui concernant un  produit de consommation classique.

Pourtant c’est ce que s’évertue à faire la commission européenne, épaulée par le gouvernement français.

Pourquoi ? Pas pour faire un Kwh plus vert, mais un Kwh plus cher, car les possibilités de profits potentiels sont énormes.

Tous les rapaces et les parasites financiers veulent avoir leur part.

 

L’objectif du gouvernement est de supprimer de fait les tarifs régulés afin de pouvoir enfin libérer les prix.  Pour cela, il propose tout simplement de donner aux fournisseurs qui le souhaitent les Kwh produits par les centrales nucléaires françaises, à un prix naturellement bas pour que ceux-ci puissent le revendre avec une marge suffisante afin d’engraisser leurs actionnaires privés.

 

En résumé, les français ont accepté le développement d’un parc nucléaire à la condition qu’il soit public et qu’il fournisse le Kwh le moins cher. Les usagers ont ainsi financé la recherche, la construction de moyens de production qui aujourd’hui fournissent de l’électricité à bon prix. Alors que  les investissement sont effectués et rapportent, il faudrait maintenant partager cette rente avec des fournisseurs privés !

A-t-on déjà vu ça ?

 

C’est comme si on disait à un coureur sportif, qui s’est entraîné depuis des années avec son club et ses structures : « maintenant tu cours trop vite, pour les prochaines courses tu dois prendre tes concurrents sur le dos ». C’est cela la concurrence libre et non faussée ?

Quand François Fillon prétend que le rapport Champsaur a donné lieu à consultation publique, c’est vrai, sauf que la commission a fonctionné à résultat imposé et qu’aucun argument contradictoire n’a été pris en compte, y compris ceux de la CGT. C’est une drôle de conception de la consultation.

 

Quand François Fillon donne comme objectif de préserver les tarifs réglementés, c’est FAUX. Il sait très bien que donner le patrimoine des français augmentera les tarifs (c’est l’objectif) au bénéfice des seuls opérateurs, dont EDF. De fait, cela videra les tarifs réglementés de leur contenu. Un fois de plus, ce sont tous les usagers qui vont mettre la main au porte-monnaie.

 

Quand François Fillon dit qu’un objectif est d’assurer les nouveaux investissements productifs, c’est FAUX. Aucun fournisseur n’aura intérêt à investir alors qu’il obtiendrait par ailleurs des KWh bon marché sans mettre un euro dans les investissements pour la recherche et le développement de moyens de production ne dégageant pas de CO2, dont le nucléaire. La Commission de Régulation de l’Energie est elle-même en train de pousser pour que le calcul des tarifs ne prennent en compte les investissements dans le parc de production que sur 5 ans (et non pas 15 ans), ce qui accentuera encore plus ce phénomène.

 

Quand François Fillon annonce comme troisième objectif de favoriser la concurrence, c’est VRAI et c’est bien le seul moment où il nous dit la vérité.  Mais ce qu’il oublie de dire, c’est que son objectif c’est de faire gagner de l’argent à tous les concurrents en en faisant perdre à tous les usagers.

 

Il faut arrêter l’engrenage mis en place par le gouvernement, aidé par tous les opérateurs du secteur (tous voient un intérêt dans la hausse des tarifs) pour déconstruire le système électrique français.

 

La FNME CGT va demander a être reçue par les groupes parlementaires pour exposer son point de vue. Chaque parlementaire député devra prendre ses responsabilités et répondre devant ses concitoyens, ses électeurs, devant les responsables d’entreprises de sa région, des conséquences de son vote.

 

Nous interpellons les pouvoirs publics pour qu’ils mettent en place un observatoire pluraliste sur les tarifs de l’énergie qui pourrait décider et contrôler en toute transparence, en toute démocratie, la fixation des tarifs pour les usagers et les industriels.

 

LA FNME CGT a des propositions, qui tiennent compte du caractère vital de l’énergie pour les citoyens et les entreprises, et de la nécessité de prendre en compte les questions écologiques.

 

Nous sommes disponibles pour en débattre publiquement.

 

Nous ne  laisserons pas le gouvernement tranquille sur cette question.

 

 

Interlocutrice :              

Marie- Claire CAILLETAUD (06 17 48 44 79)

 

Contact Presse :

Maurice MARION (06 72 75 20 96)

 

Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)