Index
Mardi 21 octobre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésRésultats d'EDF du 1er semestre 2009…
Résultats d'EDF du 1er semestre 2009
Communiqué du 30 juillet 2009
print
Rien ne justifie l'augmentation de 20 % des tarifs demandées par GADONNEIX
 L’affichage d’un bon résultat du groupe EDF au 1er semestre 2009 contraste avec l’alarmisme qui accompagnait il y a quelques jours la demande de son Président de relever de 20 % les tarifs de l’électricité.
 
Il est par contre vrai que la crise affecte les résultats de l’entreprise en France.
 
La baisse de consommation industrielle liée à la crise financière conduit à 2 % de baisse de la consommation.
 
Se rajoute en charges dans le résultat, une accélération des opérations de maintien du patrimoine industriel qui vise à rattraper le fâcheux report d’investissement des années passées, tant en production que sur les réseaux, ainsi que l’impact de la tempête de début 2009.
 
Enfin, s’ajoute aussi en négatif, l’effet des mouvements sociaux du 1er semestre 2009 dont le coût est très supérieur aux revendications posées par les salariés si la Direction avait accepté de négocier.
 
En contrepartie, l’augmentation des tarifs de 2008 contribue à une augmentation de 3,5 % des recettes.
 
Pour la FNME-CGT, il est normal qu’EDF contribue à combattre les conséquences de la crise sans pour autant reporter sur les usagers et les salariés le paiement de celle-ci. Si pour la CGT, la structure des prix de l’électricité doit intégrer le financement des investissements, la couverture de ce besoin se réalise sur le long terme et, en aucun cas, par des augmentations immédiates pour les investissements de demain.
 
Il n’est pas question d’amputer les investissements indispensables en France. Pour les financer, des solutions existent :
 
1)     Il faut que l’actionnaire principal, c'est-à-dire l’Etat, soit moins gourmand en matière de dividendes.
 
2)     La si mal nommée « rente du nucléaire » (payée uniquement par les usagers), dans le cadre de l’allongement de durée de vie des centrales, doit être mise au service des investissements plutôt que de la donner aux opérateurs privés pour construire une concurrence artificielle comme le préconise la Commission Champsaur et qui conduirait aussi à une augmentation pour les usagers.
 
3) Il faut que l’actionnaire majoritaire précise sa position sur la discutable stratégie internationale du groupe EDF. L’endettement pour les opérations à l’étranger limite les capacités de financement des investissements en France.
 
A l’inverse de la Ministre des Finances, Mme LAGARDE, qui prône d’augmenter la productivité d’EDF par la régression de l’emploi et des droits des salariés de l’entreprise, la CGT souhaite une politique ambitieuse de développement des capacités de production, de renforcement des réseaux et d’amélioration de la sécurité.
 
Là encore, l’Etat doit jouer tout son rôle. Il doit faire fonctionner la commission de transparence en place sur la structure des prix.
Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)