Index
Jeudi 02 octobre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésEXPOSITION AUX RAYONNEMENT IONISANTS, PENIBIL…
EXPOSITION AUX RAYONNEMENT IONISANTS, PENIBILITE, RETRAITE
Communiqué du 31 mai 2011
print
LA FNME CGT INTERPELLE LE GOUVERNEMENT !

 

En plein débat sur les risques liés au nucléaire, après la catastrophe de FUKUSHIMA, le gouvernement a décidé de retirer dans le décret sur la pénibilité « l’exposition aux rayonnements ionisants » de la liste des risques ouvrant droits à une possibilité de départ en retraite anticipée pour les travailleurs exposés.

Les travailleurs du nucléaire ont été ainsi mis à l’écart d’une disposition valable pour toutes les expositions professionnelles à des cancérogènes. Pourtant, toutes les données épidémiologiques montrent que l’exposition aux rayonnements ionisants, tout en respectant les limites des normes professionnelles, présente des risques de cancers et de leucémies supérieurs à ceux que représente l’exposition aux autres substances cancérogènes.

Les dernières données épidémiologiques fournies par l’INSERM (janvier 2010) sur les sous-traitants indiquent que l’excès de risque relatif (1) (ERR) est de 1,54 pour les salariés ayant reçu une dose de 100 mSV alors qu’il est de 1,35 dans les industries chimiques ou 1,25 dans le BTP pour toute la carrière professionnelle (2).

A la fin de leur carrière professionnelle, les travailleurs du nucléaire peuvent facilement atteindre les 400 ou 500 mSV. Ils peuvent même aller jusqu’à 800 mSV ! (40 ans à 20 mSV puisque c’est là le « risque acceptable » d’après les règles professionnelles).

Néanmoins, selon les données épidémiologiques du CIRC(3) (sur 407 000 travailleurs du nucléaire dans 15 pays), le risque à cette dose cumulée carrière serait alors de 12% de surmortalité par rapport à une population non exposée. C’est 2 fois supérieur au risque que la CIPR (4) avait calculé à partir des survivants d’Hiroshima.

C’est la raison pour laquelle la FNME CGT interpelle le gouvernement par courrier et demande de prendre un décret complémentaire visant à inclure les rayonnements ionisants parmi la liste des facteurs de risques professionnels permettant un départ anticipé en retraite au titre de l’environnement physique agressif.

La FNME CGT utilisera l’ensemble des recours nécessaires, en lien avec la mobilisation des travailleurs du nucléaire, pour faire reconnaitre la pénibilité de l’emploi face à l’exposition aux rayonnements ionisants.
 
 
Interlocuteurs :
Michel LALLIER : 06 85 56 18 81
Yves ADELIN : 06 07 03 72 27
 
Contacts Presse :
Marie-Claire CAILLETAUD : 06 17 48 44 79
Laurent LANGLARD : 06 70 30 82 96
 
1-  Facteur par lequel le risque de maladie est multiplié en fonction d’une exposition spécifique. C’est le risque supplémentaire dû à une exposition par
rapport au risque d’une population non exposée.
2- Ellen IMBERNON, cancers professionnels : vers une meilleur connaissance, rapport INVS/2009
3- Cardis, E., et al., 2005
4- Commission internationale de protection contre les rayonnements, préconisations CIPR 60 adoptée par l’AIEA en 1990.

 

Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)