Index
Vendredi 24 octobre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésProcès de l'explosion de gaz à …
Procès de l'explosion de gaz à Saint-Quentin dans l'Aisne
Communiqué du 21 janvier 2011
print
Inadmissible pour la FNME-CGT, la condamnation potentielle d'un agent de Gaz de France, victime des orientations de l'entreprise.

 

 
Les 18 et 19 janvier avait lieu le procès,suite à l’explosion gaz de Saint-Quentin, survenue le 14 juin 2005, suite à l’agression d’un ouvrage gaz par des tiers, qui avait fait plusieurs blessés et 4 morts (un agent de Gaz de France, deux salariés intérimaires et apprentis de l’entreprise intervenante et une jeune personne rentrant à son domicile).
 
La FNME-CGT s’était associée immédiatement à la douleur des familles.
 
Les réquisitions du parquet demandent 300 000 euros d’amende contre Gaz de France, 15 000 euros contre l’entreprise Gorez et quatre ans de prison avec sursis contre l’agent de première intervention d’urgence GDF, lui-même grièvement blessé.
 
Si les juges suivent ces réquisitions, ils acteraient la responsabilité de Gaz de France avec la plus lourde condamnation dans le cadre d.une explosion mortelle. En cela, ils suivraient la demande du syndicat CGT Energie de Saint-Quentin, partie civile dans cette affaire avec le soutien de la FNME-CGT, qui a pointé la responsabilité pénale des deux entreprises.
 
Mais la FNME-CGT et le syndicat CGT Energie de Saint-Quentin ne peuvent accepter qu’un agent soit le bouc émissaire des politiques de l’entreprise en portant personnellement la responsabilité, d’autant plus que notre collègue blessé lors de l’explosion, est doublement victime : victime dans sa chair où il conserve de graves traumatismes et victime de décisions où l’intervenant de terrain n'est qu'une variable d’ajustement des orientations dont on voit les conséquences dramatiques qu’elles génèrent.
 
Alors que les dirigeants de Gaz de France ont successivement conduit à marche forcée, sa privatisation, au détriment de la sécurité publique, comme l'ont reconnu les différents tribunaux de Dijon et Mulhouse après les explosions faisant 28 morts. La seule personne physique à être condamnée pourrait être l’agent d’intervention, le lampiste !
 
Si le procès relève l’absence totale de formation envers les salariés de l’entreprise de terrassement, il omet la question de la maîtrise ouvrage des travaux, en l’occurrence la responsabilité de la mairie.
 
Cette affaire porte une nouvelle fois le débat de la sécurité gaz, doit interpeller sur la suppression des surveillants de travaux à Gaz de France malgré l’alerte de la FNME-CGT.
 
Plus largement, c'est le manque de moyens conférés par Gaz de France au regard des prescriptions qui est mis en cause : cartographie, organisation inopérante, moyens humains, formation...
 
La FNME-CGT n’a de cesse de dénoncer la logique financière de l’entreprise au détriment de la sécurité, y compris avant cette dramatique explosion, notamment dans les filières CHSCT, CE et jusqu'au Conseil d’Administration de Gaz de France.
 
La FNME-CGT s'est pleinement investie dans la concertation gouvernementale sur les travaux à proximité des réseaux engagée après les nombreuses explosions de ce type en 2007-2008, où elle a dû encore faire face au lobbying financier de GRDF qui a réussi à modifier le projet de décret, en minorant ses obligations en matière de sécurité liées à la surveillance de ses réseaux. La FNTP est aussi loin d’être exemplaire !
 
Pour les victimes, leurs familles, les agents de GRDF, les salariés du BTP, il est impensable que ces entreprises ne tirent aucune leçon.
 
 
AUCUN SALARIE NE DOIT ETRE VICTIME DU MANQUE DE MOYENS PAR SON EMPLOYEUR ! AUCUN USAGER NON PLUS NE DOIT SUBIR LES POLITIQUES FINANCIERES DES ENTREPRISES !
 
IL EST TEMPS QUE LA SECURITE PUBLIQUE DU GAZ ET LES MOYENS NECESSAIRES SOIENT SORTIS DES LOGIQUES DE PROFIT !
 
 
Interlocutrice :
  - Martine FEUILLERA
Contacts Presse :
  - Marie-Claire CAILLETAUD: 06 17 48 44 79
  - Laurent LANGLARD : 06 70 30 82 96
Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)