Index
Vendredi 31 octobre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésCONFLIT DANS LES IEG : La FNME-CGT n'accepter…
CONFLIT DANS LES IEG : La FNME-CGT n'acceptera ni les sanctions, ni les restrictions du droit de grève
Communiqué du 16 juin 2009
print

La FNME-CGT conduit un conflit sans précédent au sein des entreprises de la branche IEG afin d’exiger des employeurs l’augmentation du Salaire National de Base de 5 % et une prime de 1 500 euros. La période estivale va être mise à profit pour voir tous les salariés afin de réussir l’élargissement du conflit dans toutes les entreprises de la branche IEG.

Dans ce conflit, le personnel des centrales nucléaires a participé et participe encore aux différents appels de l’interfédérale, et ce par de grèves soit reconductibles soit de temps fort nationaux. La reconduction de la grève a été régulièrement votée par les assemblées de grévistes se retrouvant dans les revendications sur le SNB et la prime de 1 500 euros tout en portant aussi les revendications locales.
 
Aujourd’hui, les sites de Chinon, Blayais, Tricastin et Fessenheim ont décidé de suspendre provisoirement l’action en fonction de décisions locales (négociations locales, décision des assemblées de personnel). Les sites de Cattenom, Belleville, Dampierre, Paluel et Cruas sont toujours dans une action de grève reconductible et ce depuis plusieurs semaines.
 
En réponse à ces actions reconductibles dans les centrales nucléaires, la direction d’EDF alors qu’elle a tous les moyens de peser dans la branche IEG afin de ré ouvrir les négociations, a envoyé par huissier à la FNME-CGT une sommation interpellative la semaine dernière exigeant le retrait de son préavis de grève national et l’arrêt de la grève avec la menace d’envoyer un référé. La FNME-CGT n’a pas cédé à cette pression inadmissible et a maintenu son préavis de grève. Hier, lundi 15 juin 2009, la FNME-CGT a appris des directions d’EDF sa mise en référé au tribunal de Bobigny le 26 juin prochain. Aujourd’hui, la FNME-CGT vient d’apprendre que la direction d’EDF exige par le biais d’un courrier à ses directeurs d’unité, pour la seule raison de l’équilibre offre demande du réseau électrique pour cet été, de requérir des équipes de travail avec des agents grévistes ou non afin de remettre en production 6 réacteurs du parc nucléaire. La direction d’EDF informe aussi que sous peine de refus de réaliser les activités, les agents s’exposent à des sanctions disciplinaires.  
 
Les répressions et les intimidations sur les militants syndicaux et le personnel ne peuvent remplacer le dialogue social. Il est plus que temps pour les dirigeants des entreprises et de la branche de prendre la mesure du mécontentement qu’expriment les salariés dans l’action. Ils portent la responsabilité de la situation de blocage actuelle. La FNME-CGT prend ses responsabilités dans ce conflit et n’acceptera ni les sanctions, ni les restrictions du droit de grève.
 
La FNME-CGT, a adressé hier au directeur de la Division Production Ingénierie un courrier afin que s’ouvrent rapidement des négociations sur la base des revendications locales afin de débloquer une situation très difficile à vivre pour le personnel.
 
COMMUNIQUE DE PRESSE DU 16 juin 2009
Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)