Index
Samedi 23 aout 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésTarifs gaz: l'arnaque continue!…
Tarifs gaz: l'arnaque continue!
Communiqué du 17 novembre 2010
print

 

Depuis l'entame de la libéralisation du secteur de l’énergie, la question des tarifs gaz revient régulièrement sur le devant de la scène, à coups d’augmentations ou de modifications de la formule d’indexation des prix, censées faire croire à l’intérêt du consommateur.

 

Jusqu’aux années 90, la politique de Gaz de France d’optimisation des approvisionnements afin de bénéficier du coût le plus bas, bénéficiait aux consommateurs.

 

Les différentes étapes à partir de 2002 ont amené successivement les modalités de fixation des tarifs à une augmentation des prix car elles facilitent et bénéficient d’une politique de dérégulation du marché de l’énergie pour servir une politique d’augmentation des dividendes de GDF Suez qui ponctionne très efficacement les consommateurs.

 

Le contrat de service public 2010-2013 confirme que le coût d’approvisionnement s’évalue non plus à partir des coûts réels d’approvisionnement, mais dans l’opacité complète.

 

Le décret du 18/12/2009 a mis en place une nouveauté de taille : entre 2 arrêtés annuels, l’entreprise pourra modifier ses tarifs à sa seule initiative. Cela conduit à accélérer les hausses et différer les baisses. En effet, dans ce système, si les coûts d’approvisionnement baissent, l’entreprise attendra tranquillement la révision annuelle. On l’a vu cet été. Après les hausses importantes d’avril et juillet, GDF Suez a annoncé fin août ne pas demander d’augmentation de tarifs au 1er octobre. C’est une véritable hypocrisie financière : GDF Suez venait de renégocier une partie de ses contrats d'approvisionnement à long terme.
 
En annonçant, ce mardi 16 novembre, que les tarifs du gaz ne changeront pas jusqu’au 1er avril 2011, le nouveau gouvernement légitime encore une fois la ponction sur les consommateurs, au profit des actionnaires de GDF Suez.
Parallèlement les ministres de l’Economie et de l’Energie ont saisi la CRE d’un projet d’arrêté sur les tarifs réglementés de vente du gaz naturel afin de modifier la formule d’indexation des prix, afin d’y intégrer partiellement la référence aux prix du gaz sur les marchés.
 
Si en ce moment les prix spot sont à la baisse, ils sont par nature soumis à des fluctuations. Il est facile d’imaginer de nouvelles augmentations de tarifs quand les prix spot seront à la hausse. L’alibi des prix sur le marché à la baisse sert à rendre les prix du gaz dépendants des prix spot pour plus de marges financières. Ce mouvement d’alignement des prix sur le spot va conduire le marché du gaz à la même situation que le marché du pétrole : grande fluctuation et très forte sensibilité du prix à de petites variations de volume, donnant plus de pouvoir aux producteurs qui auront intérêt à la pénurie pour augmenter leurs prix.
 
La mission de GDF Suez est d’assurer le service public du gaz tout en minimisant son coût pour les usagers. C’est une mission sur le long terme, on ne peut réagir en fonction de l’instant présent, tant sur les formules tarifaires que sur les approvisionnements.
 
La FNME-CGT propose de revenir à la notion de coûts réels comptables, ce qui obligerait à la transparence et serait de nature à ce que les usagers bénéficient de l’optimisation des approvisionnements. C’est autrement plus juste !
 
Elle revendique, dans le cadre d’un pôle public de l’énergie, la création d’une commission usagers-élus-salariés –entreprises du secteur qui analyserait les coûts réels d’approvisionnement et définirait des mesures de régulation
pour la fixation des tarifs réglementés.
 
Interlocutrice : Martine FEUILLERAT: 06 21 53 74 94
 
Contacts Presse : Marie-Claire CAILLETAUD: 06 17 48 44 79
                          Laurent LANGLARD: 06 70 30 82 96
Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)