Index
Dimanche 23 novembre 2014 Accueil l Adhérer l Pétitions l Plan de site l flux RSS
 
communiqué
ActualitésCommuniquésLe nucléaire marchand, c'est parti !…
Le nucléaire marchand, c'est parti !
Communiqué du 27 octobre 2010
print
L'État prend la décision d'ouvrir le capital d'AREVA à des investisseurs privés.

 

En prenant la décision douvrir le capital dAREVA à des investisseurs privés, notamment à des fonds souverains, à loccasion de laugmentation du capital du Groupe nucléaire, lEtat sengage résolument dans une politique de privatisation du nucléaire, industrie particulière à la fois par ses enjeux stratégiques, environnementaux, de sûreté et par son exigence dacceptabilité sociale.

Les besoins de financement du Groupe, destinés à assurer son développement industriel, ne doivent pas faire oublier que les décisions prises jusqu’à présent par lactionnaire majoritaire, c’est-à-dire lEtat français, nont été porteuses, ni des intérêts de la Nation, ni de ceux de lentreprise, ni de ceux du CEA.

La vente dAREVA T&D, la cession dactifs stratégiques contributifs des résultats du Groupe et une politique de dividendes désastreuse ont contribué, comme la CGT lavait dénoncé à plusieurs reprises, à affaiblir AREVA ; prétexte aujourdhui dune décision de recapitalisation supplémentaire quil incombe avant tout à lEtat dhonorer.

Les arbitrages de lEtat, ou leurs absences, sur les grands dossiers commerciaux ou industriels du Groupe traduisent le parti pris de laisser faire le marché, qui a montré par ailleurs quil était dans lincapacité denvisager l’économie autrement que sous langle de la recherche de rentabilité à court terme.

Le nucléaire est une industrie à cycle long et à haute intensité capitalistique, peu en rapport avec ces exigences de rentabilité immédiate ; cest une industrie qui nécessite une véritable politique industrielle, singulièrement absente au moment où les besoins énergétiques rendent le nucléaire incontournable.

Alors que les groupes de travail entre AREVA et EDF ont à peine commencé leurs travaux, cest une opération capitalistique qui est annoncée, en lieu et place dune véritable organisation de la filière française. Cette dernière dispose pourtant datouts humains et industriels incontestables sur lesquels il est indispensable de sappuyer.

Lopération annoncée napporte aucune réponse quant au financement, dans la durée, des moyens nécessaires à la recherche, indispensable pour garantir un avenir à toute la filière nucléaire en France. Elle nest que la traduction dune volonté politique doffrir au capital privé, un autre fleuron du patrimoine industriel de la France.

La CGT appelle les salariés à ne pas se laisser endormir par les promesses dun éventuel actionnariat mais à porter leurs exigences sociales ; elle appelle les représentants de la Nation, écartés jusqu’à présent, à faire valoir leur droit à se saisir dun dossier structurant pour l’économie de la France ; elle appelle les populations à la vigilance sur la mise en oeuvre dun nucléaire destiné à répondre aux besoins et non à satisfaire des appétits financiers.

 

Contacts Presse:

Marie-Claire CAILLETAUD: 06 17 48 44 79

Laurent LANGLARD: 06 70 30 82 96

Interlocuteur :

 Bruno BLANCHON : 06 61 17 99 86                                                                                                                     

 

 

Créa/Dev Comtown ©2013 | Outils | Infos légales
Résolution d'écran conseillée : 1024x768 - Navigateurs conseillés : Mozilla Firefox 3 (MAC/PC), Internet Explorer 7 (PC)